Nos actualités

29 février 2024 • ACTUALITÉS

Informer, former, rendre l’action possible : l’engagement de Crescendo pour la protection de l’enfance 

L’enfance en danger est un enjeu sociétal majeur. Consciente du fléau des violences intrafamiliales et de leur impact durable sur les enfants, Crescendo s’engage dans une démarche de prévention, de formation et d’accompagnement de ses professionnels sur ce sujet. Entretien croisé avec Claire Bessou, responsable qualité de Crescendo & Cécile Orsoni, responsable de la CRIP de Paris.

Que veut dire CRIP ? Quelles sont ses missions ?

Cécile Orsini. CRIP signifie « cellule de recueil et de traitement des informations préoccupantes ». Elle a été créée par la loi du 5 mars 2007, 1ère grande réforme de la protection de l’enfance, et rendue obligatoire dans chaque département. Elle vise à améliorer le dispositif d’alerte et de signalement en protection de l’enfance en clarifiant l’entrée dans le circuit et le traitement de l’information préoccupante (IP). Elle assure un rôle de filtre pour les propositions de signalement à l’autorité judiciaire en étant l’interlocutrice privilégiée du parquet des mineurs. Selon l’article L226-3 du CASF « la cellule est chargée à tout moment et quelle qu’en soit l’origine du recueil, du traitement et de l’évaluation des informations préoccupantes relatives aux mineurs en danger ou risque de danger ».

Sur le terrain, quels sont les besoins des professionnels de la petite enfance ? Comment s’articulent-ils avec la CRIP ?

Cécile Orsini. La CRIP de Paris est dotée d’une équipe de gestionnaires administratifs et de travailleurs sociaux. Une de nos missions est de délivrer du conseil technique aux professionnels de terrain en lien direct avec les enfants et leur famille, et qui se trouvent confrontés à une situation de danger ou risque de danger repéré. Nous échangeons, nous les accompagnons dans leurs réflexions et actions pour rédiger une IP, un signalement, ou lors d’une intervention immédiate de placement du mineur. C’est toujours une lourde prise de décisions dont nous partageons ainsi les responsabilités.

Claire Bessou : La maltraitance infantile est une réalité impensable, y compris pour les professionnels de la petite enfance exerçant en crèche. Lorsqu’elle se présente, elle sidère et déclenche des comportements irrationnels. Les professionnels ont besoin d’outils pour guider l’action individuelle et collective dans ce moment de travail si délicat et si complexe.

Vous avez justement créé une cellule dédiée. Pouvez-vous nous la présenter ?

Claire Bessou : En effet, la cellule IPS de Crescendo a pour missions d’accompagner et de soutenir les équipes. En jouant un rôle de tiers, elle permet de porter un regard neutre et distancié sur la situation. Elle aide également les responsables d’établissement dans la rédaction et la relecture des informations préoccupantes et des signalements. Enfin, dans un rôle plus global, elle recense et suit les IP et les signalements générés au sein de l’association.

Vous aimerez aussi…

Chasse aux œufs à Jourdan : chercher, trouver, se régaler !
Crèche Activités
18 avril 2024

Chasse aux œufs à Jourdan : chercher, trouver, se régaler !

L’équipe de Jourdan a organisé une chasse aux œufs au sein de la crèche, suivie d’une dégustation pour le plus grand plaisir des enfants ! L’occasion de partager un moment…
Les sens à l’honneur à la crèche Kolobane !
Crèche Activités
16 avril 2024

Les sens à l’honneur à la crèche Kolobane !

L’éveil sensoriel est essentiel dans la construction de l’enfant. C’est pourquoi, à l’occasion de la semaine nationale de la petite enfance, l’équipe de Kolobane a emmené les 18 enfants de…

Un guide à destination des professionnels a aussi été créé. Quels sont ses objectifs ?

Claire Bessou : Ce livret est transmis à chaque nouveau professionnel lors de son arrivée et fait référence. Il lui permet de connaitre l’engagement et les attentes de Crescendo envers l’enfance en danger et de comprendre que la violence peut s’exercer à la maison comme à la crèche car toute institution est à risque de violence. Ce guide clarifie la législation en vigueur, les rôles et les missions de chacun ; et rappelle, à tous les niveaux de la chaine de responsabilités, l’importance d’agir tôt en faveur de l’enfant et de ses parents lorsque le risque de maltraitance est identifié. Enfin, il permet de maintenir l’opérationnalité des différents acteurs en situation de crise.

Pourquoi est-ce important qu’un réseau associatif comme Crescendo s’engage pour lutter contre les violences intrafamiliales ?

Claire Bessou : Au-delà d’être des lieux d’éveil, les crèches sont des lieux de prévention précoce. Au quotidien, Crescendo veille au bien-être physique et psychique des très jeunes enfants et de leurs familles qui sont accueillis au sein de ses établissements. De par leurs vulnérabilités et leurs fragilités, les jeunes enfants sont à risque majeur de maltraitance tant intrafamiliale qu’au sein de l’institution. Crescendo a une mission sociétale à porter. L’acculturation et la sensibilisation de tous les professionnels de son réseau à ce risque est donc une nécessité.

Cécile Orsini. Crescendo est fortement impliquée pour que ses professionnels soient le mieux formés, outillés, tant dans le repérage que dans les circuits à bien identifier et à activer. C’est aussi une volonté de garantir, au sein des établissements d’accueil, une parfaite réponse aux besoins fondamentaux des enfants et d’être vigilant sur une veille institutionnelle pour garantir cette bonne prise en charge. Les crèches du réseau Crescendo sont des lieux de repérage de ces situations et leur place essentielle dans l’accueil du jeune enfant en fait un partenaire privilégié pour la CRIP.

Justement, comment s’est noué le partenariat entre la CRIP et Crescendo ?

Cécile Orsini. Crescendo est venue vers la CRIP pour nous associer à ses actions de sensibilisation et de formation. Des rencontres ont eu lieu. Nous avons également été sollicités pour la lecture partagée de son guide à destination de ses professionnels. Au-delà de ces actions concrètes, nos rencontres permettent de mieux nous connaitre et d’identifier des relais et interlocuteurs avec lesquels les professionnels de terrain pourront partager leurs inquiétudes ou croiser les regards sur des situations complexes. C’est le partage, in fine, d’une culture commune autour de l’intérêt commun qu’est la protection des mineurs, pour favoriser leur développement et leur épanouissement.

 

Nombre de signalements par an de la CRIP 75 

En 2022, la CRIP de Paris a reçu 4352 informations préoccupantes. Elle en a qualifié (et donc retenu) 3646 qui concernent 5940 mineurs (une information préoccupante pour une famille). Les suites données à ces 3646 IP ont été les suivantes :

  • 2022 signalements transmis à l’autorité judiciaire.
  • 745 prises en charge par les services sociaux parisiens.
  • 145 situations adressées à d’autres départements.
  • 734 situations ont fait l’objet d’un classement.

Ces chiffres sont relativement stables depuis 2021.